LES VILLAGES SUISSES... AVANT LE VILLAGE SUISSE (1ère partie)

Alain DELBARRE / Bulletin n° 53

Au cours d’une promenade dans l’avenue de Suffren, à l’approche de l’École militaire, on pourrait presque passer sans remarquer l’accès couvert qui incise le rez-de-chaussée du numéro 78. Le passage, cependant, ne conduit pas à une simple cour d’immeuble mais s’ouvre sur le Village suisse, un grand patio veillé par des barres de béton et de verre, avec des fleurs, de calmes allées marchandes et des placettes aux noms évocateurs, Genève, Lausanne, Zurich. Tout ici est consacré au commerce de l’art et des antiquités. Ce sont des "Puces" de luxe dans lesquelles des boutiques de plain-pied à l’élégance discrète - un panneau à l’entrée indique qu’il y en a cent cinquante - accueillent les amateurs d’objets de collection. En sortant par la rue Alasseur ou l’avenue de Champaubert, on rejoint l’avenue de La Motte-Picquet. Le Village suisse se termine là, au niveau du numéro 54.

Une vue du Village suisse, avec en arrière-plan la Grande roue 

(Arch. Brooklyn Museum)