LA FABRIQUE D’INSTRUMENTS DE MUSIQUE THIBOUVILLE-LAMY,

FLEURON INDUSTRIEL DE GRENELLE (1870-1958)

 

(François de BÉRU/bulletin n° 52)

 

Jusqu’au milieu des années 1950, on pouvait admirer, au 140 rue Saint-Charles, la façade presque  centenaire de l’une des usines les plus représentatives du passé industriel de Grenelle, la fabrique d’instruments de musique de Jérôme Thibouville-Lamy. Formant un groupe industriel à Paris et en province, cette entreprise atteignit, à la fin du XIXe siècle, une dimension internationale, et ses documents publicitaires aussi bien que ses catalogues ne craignaient pas de la qualifier de « plus importante manufacture d’instruments de musique réunissant toutes les branches de la facture instrumentale » (Fig. 1).

Cette entreprise s’inscrit à la fois dans la tradition des boyauderies pour cordes harmoniques, naguère très bien représentées à Grenelle, et dans l’héritage d’une nombreuse famille de facteurs d’instruments de musique originaire de Normandie.

thibouville 1.jpeg
thibouville 2.jpeg

L’usine de Grenelle, 140 rue Saint-Charles (catalogue Thibouville-Lamy de 1901). l’usine de Grenelle, 140 rue Saint-Charles (catalogue Thibouville-Lamy de 1901).

Les ateliers de l’usine de Grenelle (catalogue 1911)