LA RUCHE OU LA VIE D'ARTISTE DANS LE XVème ARRONDISSEMENT AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE

(Michel BONY/Bulletin n°3)

 

La Ruche est née de la volonté du sculpteur Alfred Boucher qui, ayant réussi, mit sa fortune au service d'une idée généreuse au moment où émigraient en France de jeunes artistes, peintres et sculpteurs, le plus souvent venus de l'Europe de l'Est. En 1895, Boucher fit l'acquisition d'un vaste terrain le long de la rue de Dantzig. Il récupéra plus tard le pavillon des vins de l'Exposition de 1900 et y installa un ensemble de 140 ateliers, inauguré en 1902. Le nom qui fut donné d'abord à cet ensemble, la « Villa Médicis », ne manquait pas d'ambition, mais il se mua rapidement en « Ruche », qu'évoquait la forme du bâtiment. Boucher allait y adjoindre un théâtre, la « Ruche des Arts », où se succédèrent, entre-autres, Le Bargy, de Ferandy, Mme Faucheux, Marguerite Moreno, Hébertot, Louis Jouvet... Quant aux peintres ou sculpteurs, appelés familièrement les « abeilles », ils formaient un rassemblement des plus cosmopolites, mais provenant en majorité de l'Europe de l'Est (Lituanie, Russie...). On y trouvait Soutine, Chagall, Zadkine, Kremegne, Kikoïne, Lipchitz, Fernand Léger... Les années passèrent, et la Ruche, passée de mode, commença bientôt à péricliter . En 1967, l'ensemble devait être démoli pour laisser la place à des HLM. Mais grâce à la mobilisation et la ténacité de Chagall et des ses amis, la Ruche fut sauvée et réhabilitée. De nombreux artistes y travaillent toujours.