L'ABBÉ ROUSSEL à GRENELLE, de 1855 à 1865

(Jacques COUVREUR / Bulletin n° 48)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Durant la dernière phase du Second Empire, Grenelle participe largement à la forte croissance du tissu industriel de la capitale. Mais derrière son corollaire de prospérité et dissimulée par une société brillante et le luxe ostentatoire, manifestes dans d'autres quartiers, on voit se développer ici une population misérable, durement engagée dans la production industrielle, peu éduquée, mal logée. 
C'est dans ce contexte que va se développer un mouvement d'oeuvres charitables de lutte contre la pauvreté, lancées par des laïcs, adeptes de Fréderic Ozanam, Maurice Meignan et autres, qu'on a qualifié de "catholicisme social". Ces pionniers seront rejoints par des prêtres qui ont pris conscience de ce que leur ministère ne pouvait se laisser annexer par la société de bien-être peut-être excessif dans laquelle ils vivaient. L'abbé Louis Roussel, fondateur de l'Oeuvre des Orphelins Apprentis d'Auteuil, fut l'un de ces pionniers. C'est à Grenelle, où il s'est dépensé sans compter pendant dix années, qu'il en a mûrement conçu le projet pour en définitive y créer la première version, "L'Oeuvre de la Première Communion".

L'abbé Roussel et les orphelins d'Auteuil