GILBERT-JACQUES MARTINANT DE PRÉNEUF (1757 – 1827)
Prêtre réfractaire, curé de Vaugirard


(Philippe VIRAT / Bulletin n° 46)




 

Le 12 juillet 1790, l'Assemblée constituante adoptait par décret la Constitution civile du clergé qui, entérinée par Louis XVI le 24 août 1790, devint la loi des 12 juillet et 24 août 1790. Elle réorganisait le clergé séculier français, en divisant celui-ci en clergé constitutionnel et clergé réfractaire. Dès le 1er décembre 1790, les vicaires, curés et évêques furent invités à prêter « en présence des officiers municipaux, du peuple et du clergé, le serment d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi, et de maintenir de tout son pouvoir la constitution. » On estime à environ 75.000 les prêtres qui refusèrent de prêter serment ; furent aussi considérés comme réfractaires les prêtres qui, après avoir prêté serment, se rétractèrent à la suite de la condamnation de la Constitution civile du clergé par le pape Pie VI.
Gilbert-Jacques Martinant de Préneuf est l'un de ceux-ci. Curé de la paroisse Notre-Dame de Saint-Lambert, à Vaugirard, son histoire mérite d'être contée, car elle est très représentative de l'odyssée de nombre de ses pairs qui ont vécu les angoisses de l'émigration ou le drame de l'exécution.
Martinant de Préneuf a laissé des cahiers de souvenirs dans lesquels il relate ses épreuves, depuis son départ en 1791 vers les Pays-Bas et l'Allemagne, jusqu'à son retour à Vaugirard en 1801.

Gilbert-Jacques Martinant de Préneuf (typogravure originale - 1866 - anonyme in Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais, d'après un portrait communiqué par la famille)