UN TRISTE HÉROS POUR LE XVème : POL POT 


(France DELAGARDE/Bulletin n° 29)


 

Le jeune Saloth Sar, qui sera connu bien plus tard sous le nom de Pol Pot (« Frère numéro un »), arriva à Paris en 1949. D'abord logé à la Cité Universitaire, il habita à partir de 1951 une chambre meublée au 31 rue Letellier, jusqu'à son retour définitif au Cambdoge en 1953. C'est en 1948 que, faisant partie de l'élite des étudiants khmers et malgré l'échec à ses examens (collège d'Etat puis école technique section menuiserie), il obtint une bourse pour poursuivre ses études en France, probablement grâce à l'appui de membres du Parti démocratique avec lequel il avait d'étroits contacts depuis sa participation active aux élections à l'assemblée constituante de 1947. Le futur Pol Pot aurait suivi les cours de l'Ecole Violet, rue du Théâtre, mais rien ne vient confirmer cette assertion. En fait, son lieu d'études reste un mystère (probablement une école de radio-électricité), bien qu'il affirme : « j'ai travaillé dur (à Paris)... J'étais un assez bon étudiant. » Il regagnera le Cambodge en 1953 sans aucun diplôme. Néanmoins c'est à Paris que se fera son éducation politique, d'abord au sein de l'association des étudiants khmers, relativement modérée, puis de l'Union des étudiants khmers, plus radicale. C'est au sein de cette dernière que fut créé le Cercle des études marxistes, noyau dur dont fit partie Saloth Sar ainsi que d'autre futurs dirigeants khmers rouges, en particulier Leng Sary et Khieu Samphan. Saloth Sar embrasse alors passionnément la cause communiste, et poussera sa foi révolutionnaire aux extrémités que l'on sait.