OLIDA : DE L'ÉPICERIE FINE À LA CHARCUTERIE POUR TOUS

Christiane MAGNIN / Bulletin n° 56

Le XVème est un arrondissement récent, mais il a un passé industriel riche et varié, dominé évidemment par la renommée des usines Citroën. Bien d’autres usines et ateliers gravitaient dans tout l’arrondissement, dans tous les domaines : briquèteries, blanchisseries, fabrication de locomotives, d’avions, d’ascenseurs… horlogerie, automobiles, grues, électricité, presses hydrauliques, imprime-ries, et bien d’autres. Ce furent surtout des entreprises  techniques, créées dans des domaines nouveaux alors en plein développement. À côté, l’industrie alimentaire paraît peu présente : une fabrique de biscuits (Hanin) rue Lecourbe, la brasserie Moritz rue de Vaugirard, une autre brasserie (Schmitz) à La Motte-Piquet. Plus "les glacières de l’alimentation" avenue Félix-Faure, qui fabriquent des glaces, denrée très utile à cette époque (290 tonnes par jour en 1912). Seul l’extrême bord sud-est de l’arrondissement est concerné par l’alimentaire, avec les abattoirs de Vaugirard et l’usine Olida, rue Olivier de Serres. Les abattoirs, s’ils ont disparu en 1978, remplacés par le parc Georges-Brassens, ont laissé des traces de leur présence en ces lieux (les statues de taureaux, le bâtiment de la criée, la halle aux chevaux…), mais l’usine Olida, qui fut pourtant importante dans le quartier, n'a laissé aucune trace visible. Cette usine, située au 84 rue Olivier-de-Serres a fonctionné une quarantaine d’années (1925 - 1964) avec un grand nombre d’employés ; elle a forcément marqué le quartier, d’autant plus qu’elle n’était qu’une des nombreuses usines d’Olida, marque nationale renommée, qui a été très présente dans la vie de beaucoup de Français.