LA  CONSTRUCTION DU PONT MIRABEAU

(Jacques COUVREUR/bulletin n°37)

 


Un pont  réclamé depuis longtemps par les habitants de Javel et d'Auteuil, mais dont le projet se heurtait à des défis majeurs : une arche de hauteur suffisante et assez large pour permettre la navigation, mais un tablier peu élevé pour éviter des pentes de raccordement trop fortes pour la circulation hippomobile, franchissement de la ligne de chemin de fer longeant la rive gauche. Il ne pouvait donc être réalisé en maçonnerie. Il fut métallique, une innovation rendue possible pour cette taille avec les progrès techniques de l'industrie du  fer. Un pont console de trois arches inégales reposant sur quatre points d'ancrage, avec une arche centrale de 100 m de longueur en équilibre grâce à un nouveau système dit « de culasses compensatrices ancrées sur  les culées ». Le pont, prouesse technique des ingénieurs Jean Résal et Amédée Alby, a 157 m de long , dont 100 m pour l'arche centrale, 20 m de large. On y a employé 2744 tonnes de métaux. 
Le pont fut décoré de quatre « divinité fluviales » dues au sculpteur Jean-Antoine Injalbert. Il fut inauguré le 13 juillet 1897 par le président Félix Faure. Une grande voie de dérivation reliait donc maintenant, dans le sud de Paris, le pont de Tolbiac à Auteuil en  passant par la rue de la Convention (1887-1893). Des révisions périodiques ont montré qu'il n'a pas bougé depuis sa construction.

Le chantier lors de la mise en place des fondations,

en 1894 (coll. E. Bouis)