LA VIE EXEMPLAIRE DE MÈRE MARIE

(Dimitri Vicheney/Bulletin n° 45)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1932, la religieuse orthodoxe russe Mère Marie (de son vrai nom Elisabeth Skobtsov née Pilenko en 1891), ancienne journaliste et poétesse ayant participé à la Révolution comme membre du parti socialiste-révolutionnaire, crée un foyer pour femmes émigrées comme elle, au 6 avenue de Saxe (Paris VIIème). Elle y adjoint une chapelle consacrée à l'Intercession de la Très Sainte Vierge et, en 1935, elle se transporte avec sa petite communauté au 77 rue de Lourmel (Paris XVème).
Pendant l'Occupation, elle-même et le prêtre de l'église Dimitri Klépinine décident de venir en aide à ceux qui étaient persécutés par les Allemands (juifs, résistants, patriotes russes...), en les cachant et en donnant aux juifs de faux certificats de baptème.
En 1943, ils sont arrêtés par la Gestapo et déportés, elle à Ravensbruck, et lui à Buchenwald, où ils périssent avant la libération des camps.
Par la suite, ils ont été canonisés par l'Eglise orthodoxe, et il a été décidé qu'une rue du XVème arrondissement de Paris, non loin du 77 rue de Lourmel, porterait le nom de Marie Skobtsov. En 2003, une plaque commémorative avait été apposée sur l'immeuble moderne qui porte actuellement le n° 77 de la rue de Lourmel, le précédent ayant été démoli dans les années 60. Le 31 avril 2016 était inaugurée à quelques mètres de là une rue Mère Marie Skobtsov, en présence de nombreuses personnalités, et bien entendu de l'auteur de cet article, Dimitri Vicheney.