L'AFFAIRE LEMOINE (1908/1909)

Une rocambolesque histoire de faux diamants

(Philippe VIRAT/Bulletin n°37)

 

En 1908, Marcel Proust fit paraître, dans le supplément littéraire du journal Le Figaro, une série de pastiches d’auteurs célèbres, qu'il reprit quelques années plus tard (1919) dans un recueil publié par la NRF (éditions Gallimard) sous le titre Pastiches et mélanges. Pour réaliser ses pastiches, Proust s’était emparé d'un fait divers de police correctionnelle qui défraya la chronique dans les premiers mois de l'année 1908.
Voici ce qu’il écrit en préambule de son ouvrage : « On a peut-être oublié, depuis dix ans, que Lemoine ayant faussement prétendu avoir découvert le secret de la fabrication du diamant et ayant reçu, de ce chef, plus d'un million du président de la De Beers, Sir Julius Wernher, fut ensuite, sur la plainte de celui-ci, condamné le 6 juillet 1909 à six ans de prison. Cette insignifiante affaire de police correctionnelle, mais qui passionnait alors l'opinion, fut choisie un soir par moi, tout à fait au hasard, comme thème unique de morceaux où j'essaierais d'imiter la manière d'un certain nombre d'écrivains... »
Quel rapport avec le XVème arrondissement ? Tout simplement, le laboratoire qui servit à Lemoine pour faire ses « expériences » se trouvait au 81 rue Lecourbe, et notre homme y travailla pendant trois ans, de 1905 à 1908. Cette rocambolesque histoire est racontée ici.

Lemoine devant la prison de la Santé 
le jour de sa libération