DES USINES DE JAVEL AU PARC ANDRÉ-CITROËN, UNE OPÉRATION D'URBANISME ÉQUILIBRÉE (1975-1992)

François de Béru / Bulletin n° 58

 

Le site industriel des usines Citroën à Javel fut l’un des plus marquants de l’arrondissement sur le plan historique, puisqu’il fut au cours des deux derniers siècles celui d’une fabrique de produits chimiques dont l’activité principale, la fabrication de l’eau de Javel, assurera la célébrité du nom de ce quartier du XVème, puis, plus près de nous, le berceau et le siège d’une marque d’automobiles mondia-lement connue.

Sous la pression de la désindustrialisation de Paris, l’usine de Javel ferme en 1975, après avoir produit 3,2 millions de véhicules (sortie de la dernière DS en avril 1975). Les fabrications sont alors transférées à l’usine d’Aulnay-sous-Bois, qui avait été construite dans cette perspective en 1973. La fermeture du site de Javel précèdera de peu la fusion avec Peugeot, également décidée en 1975, en vue de constituer le groupe "PSA Peugeot-Citroën". Mais la destruction totale des usines et la libération des terrains prendra plusieurs années.

La question se pose alors du devenir du site. Quel type d’urbanisme ? Quelle place réserver aux "espaces verts", aux équipements publics, aux logements sociaux ? Plusieurs options étaient possibles. On aboutit finalement à un compromis exemplaire, qui contraste avec l’expérience du Front de Seine, menée non loin de là, quelques années plus tôt.

Capture d’écran 2021-12-03 à 10.57.27.png
Capture d’écran 2021-12-03 à 10.58.02.png

Le site de Citroën, quai de Javel, vers 1960 (arch. Citroën). Au premier plan, l’usine de Javel et le siège social. Au-delà de la diagonale de la rue Balard, à droite, l’usine Gutenberg, dont on distingue les arcades de la façade.

L'urbanisation du périmètre des anciennes usines Citroën

(plan OpenStreetMap)