CÉSAR GINOUX (1746 - 1838) ET LA FERME DE GRENELLE

(Pierre Troillard/bulletin n° 11)

 

Au service de l'Etat, de l'Ancien Régime à la Restauration, César Ginoux, natif de la région lyonnaise, devient bourgeois très fortuné par son mariage avec Jeanne Charpin en 1778. En 1779, il devient conseiller-secrétaire du Roi, puis, pour avoir une demeure à la hauteur de ses ambitions, il acquiert un domaine avec château à Sucy-en-Brie. Sous la Terreur, il revend son château mais le récupérera en 1795 (il deviendra maire de Sucy en 1806). Il est directeur associé de la Compagnie des voitures de la Cour et de la Poste aux chevaux de Paris. A la suite de la disparition de la première et de la perte de ses intérêts dans le seconde, et pour compenser ces revers et dans le cadre de la vente des biens nationaux, il se rend acquéreur en 1794 de l'importante ferme de Grenelle (environ 123 hectares) et des bâtiments la composant. Ces bâtiments étaient situés dans le quadrilatère formé actuellement par l'avenue de La Motte-Picquet, l'avenue de Suffren, la rue de la Cavalerie et la rue de l'Abbé Roger-Derry. L'ensemble en équerre de ces deux dernières voies s'appelait d'ailleurs encore en 1876 rue de la Ferme de Grenelle. En 1824, Ginoux, âgé de 78 ans et retraité de l'administration des Finances depuis 1816, revend la ferme en mai 1824 à J. B. Léonard Violet qui préparait activement son opération de lotissement. César Ginoux s'éteignit le 22 décembre 1838 à l'âge de 92 ans, dans son château de Sucy-en-Brie.

Extrait du plan de Achin (1825)