QUE FAIRE DU SITE DES ANCIENNES FORTIFICATIONS (1880-1960) ? 

François de BÉRU / Bulletin n° 56

 

Édifiées sous le règne de Louis-Philippe, entre 1841 et 1844, pour constituer une protection avancée de la capitale, les fortifications devinrent les limites du nouveau Paris, lors de l’annexion des communes limitrophes en 1860. À partir des années 1880, la question se posa de l’avenir de ce site militaire devenu inutile.

 Pendant une quarantaine d’années, la suppression de l’enceinte et l’aménagement des terrains libérés donnèrent lieu à l’élaboration de divers projets au sein des instances de pouvoir, mais aussi parmi les architectes, urbanistes, paysagistes, et dans les milieux préoccupés par les questions sociales et d’hygiène publique.

Cependant, la démolition des fortifications ne devait pas régler définitivement le sort de ce large secteur, dont l’état actuel n’a pris corps que dans les années 1960, avec la construction du boulevard périphérique, au terme d’un processus particulièrement long.

 

fortif.jpeg

Les fortifications à la porte de Versailles en 1913. Les limites de Paris s’étendent, à gauche, jusqu’au pied du glacis, qui descend en pente douce vers la zone de servitude non aedificandi, située sur la commune d’Issy-les-Moulineaux, que l’on aperçoit au fond (Agence Rol, BNF).