MADAME BOUCICAUT OU L'ÉTONNANT DESTIN D'UNE PETITE GARDEUSE D'OIES

 
(Michel Périn/Bulletin n° 11)

Marguerite Guérin naquit en 1816 de père inconnu, dans une pauvre famille de cultivateurs. Elle ne fit aucune scolarité, passant son temps à garder les oies jusqu'à l'âge de 12 ans, âge auquel elle monta à Paris chez un oncle qui lui trouva une place d'apprentie blanchisseuse ; elle commença à apprendre à lire et à écrire, puis devint gérante d'une petite "crèmerie-plat du jour" où elle rencontra un certain Jacques-Aristide Boucicaut, commis dans un magasin de nouveautés. Ils se mirent "en ménage" et Aristide devint successivement second commis puis chef de rayon et acheteur au comptoir des châles. A 42 ans, il s'associa avec le propriétaire d'un magasin, "Au Bon Marché", puis lui racheta ses parts... et l'on connait la "bonne fortune" qui s'ensuivit. Le 9 septembre 1869, Madame Boucicaut posait la première pierre du nouveau "Bon marché". Lorsque son mari décéda en 1877, elle possédait l'une des plus grosses fortunes de France, et consacra la fin de sa vie à de multiples oeuvres charitables, dont en particulier le célèbre don à M. Pasteur (cf. Bulletin n°6). Elle décéda en 1887, "bénéficiant" de funérailles quasi nationales. Un monument a été érigé à sa mémoire dans le square attenant au "Bon Marché" et qui porte son nom.